Assemblée-générale de mai 2019 : Nouveau statut, nouvelle dynamique !

L’assemblée-générale de la Mission populaire évangélique de France s’est tenue le 25 mai 2019 à Marseille. C’était la première depuis l’adoption de nouveaux statuts l’an dernier la faisant évoluer davantage vers un mouvement réunissant des frats et des personnes physiques, avec l’élection d’un Comité national allant dans ce sens. Une nouvelle feuille de route a été votée pour la période 2019-2022. Ci-dessous le Communiqué donnant les principales informations de cette assemblée-générale et les liens vers le rapport moral, le rapport d’activité et la feuille de route.

La Mission Populaire Évangélique de France a tenu le samedi 25 mai à la Fraternité de la Belle de Mai à Marseille, sa première assemblée générale selon les nouveaux statuts adoptés l’an dernier.

La veille, les membres de la Mission Populaire ont célébré avec les habitants du quartier, les bénévoles, les salariés et les partenaires de la Fraternité, les 140 ans de la présence de la Miss Pop à Marseille. Une fête joyeuse, colorée, musicale et gourmande, sur le thème «140 ans de diversité ».

L’assemblée générale était constituée pour la première fois, conformément aux statuts adoptés en 2018, de deux catégories d’adhérents : des personnes morales (les 12 Fraternités du Mouvement) et des personnes physiques, plus les représentants des personnes morales associées (EPUdF et UEPAL). Toutes les Frats étaient représentées, et le nombre de personnes physiques présentes et représentées dépassait largement le quorum nécessaire.

Malgré un temps limité, les débats ont été riches et approfondis aboutissant à l’adoption d’une « Feuille de route » pour la période 2019-2022 qui affirme la volonté, « dans une société   sécularisée et marchande, de valoriser la recherche de sens et la spiritualité, dans une société concurrentielle qui isole les individus, d’offrir des formes de vie communautaire et inventer des solidarités sociales nouvelles pour réduire les fractures sociales, dans une société des inégalités admises et de la crise climatique, de répondre au désir de justice porté à la fois comme protestation et comme proposition ».

 Cette « Feuille de route » fixe l’objectif et précise les moyens nécessaires pour que la Mission populaire soit « un Mouvement où la personne humaine est au centre et le pouvoir d’agir  de chacun(e) est pris en compte et valorisé », « un Mouvement fondé sur le partage des savoir-faire et des expériences », « un Mouvement de débats et de convictions qui favorise à la fois le témoignage de l’Évangile dans le respect de toutes et tous et l’expression des convictions sociales, spirituelles et politiques de chacun(e) », « un Mouvement de  plaidoyer et d’engagement sur les sujets d’actualité de notre société à partir de la réalité vécue au sein des fraternités et enrichis par leurs engagements et expertises ».

 Enfin elle affirme que la Mission Populaire veut être « un Mouvement financièrement solide et solidaire et disposant de moyens financiers et immobiliers à la hauteur de ses ambitions ». Les échanges sur les travaux en cours dans les domaines des finances et de l’immobilier, ont dit la conviction que la MPEF devait faire évoluer son organisation dans une démarche de solidarité à laquelle chacun sera bien associé.

Un nouveau Comité National a été élu, suivant les nouveaux statuts, avec notamment 12   personnes soutenues par les Frats, dont la moitié de nouveaux et le pasteur Olivier BRES a été reconduit dans sa fonction de président du Comité National.

L’Assemblée Générale s’est aussi réjouie d’apprendre que les postes d’équipiers-directeurs à Rouen et à Paris-Maison Verte seraient pourvus dès cet été, par des laïcs engagés dans le    projet de la Miss Pop.

La Mission Populaire poursuit donc sa mutation avec la volonté de porter un christianisme     social contemporain, soucieux de répondre aux enjeux sociaux, politiques et environnementaux. La MPEF se prépare pour qu’en 2022, elle puisse fêter ses 150 ans avec une assurance renouvelée dans ses convictions spirituelles et ses engagements politiques et sociaux.

 Paris, le mercredi 29 mai 2019